LANCEMENT D’UN COMPARATEUR DE TARIFS BANCAIRES

comparateur services bancaires

Les services du ministère de l’économie et des finances ont travaillé à l’élaboration d’un comparateur de tarifs bancaires « public » nous l’avons évalué pour vous sur le département des Alpes maritimes.

L’OBJECTIF DU COMPARATEUR

Le nouvel outil public de comparaison des tarifs bancaires http://www.tarifs-bancaires.gouv.fr/ doit permettre aux consommateurs de s’y retrouver plus facilement dans les grilles de tarifs des banques pour les services dont ils ont l’usage. La mise en ligne de cet outil est un préalable à la mise en œuvre de la mobilité bancaire qui consistera à pouvoir changer de banque plus facilement qu’aujourd’hui avec une simplification des changements de domiciliation bancaire.

LES POINTS FORTS DU COMPARATEUR

Le comparateur intègre bien toutes les banques du marché (hormis la banque palatine que nous n’avons pas retrouvé), même les moins connues ou celles ne disposant que d’une agence physique qu’il s’agisse des banques de réseau et des banques en ligne, et ce par département. Certaines banques méconnues du grand public y sont intégrées. La comparaison se fait sur les prestations de services les plus courantes ce qui permet de s’y retrouver facilement, cependant cela constitue aussi le principal point faible du comparateur.

La comparaison se fait de manière totalement anonyme et pas besoin de remplir un formulaire fastidieux pour avoir accès à l’outil. Ce qui est aussi l’assurance de ne pas être inondé d’offres commerciales par la suite.

LES POINTS FAIBLES DU COMPARATEUR

La comparaison ne tient pas compte des « packages » bancaires qui proposent aux clients des offres de services groupées avec notamment, une carte bancaire, un découvert, une assurance moyens de paiement, un accès internet et plusieurs services gratuits inclus dans le package (retraits autres distributeurs gratuit, mise en place ou opposition de prélèvement). Par ailleurs les services moins courant ou auxquels on ne pensera pas spontanément avoir recours ne sont pas proposés (exemple frais de chèque de banque, rejet, oppositions multiples, ce ne sont pas des tarifications agréables mais elles correspondent pourtant à une prestation de service), mais aussi le Crédit Immobilier ou le Crédit à la consommation qui ne sont pas commercialisé par toutes les banques comparées.

La comparaison se fait uniquement autour du prix et non du ou des service(s), nombre d’agences physiques, garanties proposées par les assurances, franchises, plafond de paiement et de retrait des cartes, taux des découverts etc…

NOTRE AVIS

La tarification des services bancaire reste souvent mal comprise et voire mal vécue puisque la banque a ce pouvoir de prélever directement sur votre compte la tarification de ses services dont vous n’aurez pas forcément pris connaissance (pour cela il faut étudier la plaquette tarifaire et la convention de compte qui vous sont remis à l’ouverture de compte ou pour toute modification), l’aspect conseil est complètement éludé puisqu’en effet difficile à évaluer mais avoir un interlocuteur physique parfaitement identifié et avec lequel la négociation ou le dialogue est possible a un cout que les agences dites « physiques » ne peuvent éluder.

Pour nous les relations humaines, les qualités pédagogiques, le conseil, la formation des interlocuteurs, le service rendu ont une réelle valeur, parfois plus puissante que la marque ou l’enseigne et nous avons pu constater que bien souvent ce ne sont pas quelques euros d’écart à l’année qui poussent la clientèle à changer spontanément de banque mais bien la qualité des relations entretenues avec le banquier.

Nous ne sommes pas certains que ce comparateur basé uniquement sur quelques tarifs sera d’une réelle utilité et qu’il contribuera à la mobilité bancaire. L’argent, et la confiance qui en découle nécessairement, restent un sujet très sensible pour la plupart des consommateurs. Cet outil a néanmoins le mérite d’exister, par contre pas d’information en matière de finances publiques sur son cout de développement et de maintenance… pour un bénéfice « citoyen » que nous pensons relatif.